vendredi 17 octobre 2008

Promenade Forestière

C'est beau d'avoir élu
Domicile vivant
Et de loger le temps
Dans un coeur continu,
Et d'avoir vu ses mains
Se poser sur le monde
Comme une pomme
Dans un petit jardin,






D'avoir aimé la terre,
La lune et le soleil
Comme des familiers
Qui n'ont pas leurs pareils,
Et d'avoir confié
Le monde à sa mémoire
Comme un clair cavalier
A sa monture noire,






D'avoir donné visage
A ces mots : femme, enfants,
Et servi de rivage
A d'errants continents,
Et d'avoir atteint l'âme
A petits coups de rame
Pour ne l'effaroucher
D'une brusque approchée,











C'est beau d'avoir connu
L'ombre sous le feuillage
Et d'avoir senti l'âge
Ramper sur le corps nu,
Accompagné la peine
Du sang noir de nos veines
Et doré son silence
De l'étoile Patience,











Et d'avoir tous ces mots
Qui bougent dans la tête,
De choisir les moins beaux
Pour leur faire un peu fête,
D'avoir senti la vie
Hâtive et mal aimée,
de l'avoir enfermée
Dans cette poésie.

Jules Supervielle



4 commentaires:

Suzanne a dit…

Beau résumé d'une vie où l'on a mordu à pleines dents,goûtée, réfléchie, appréciée.
Dernier regard vers le chemin parcouru , l'émerveillement mais aussi la nostalgie des mots et des choses que l'on a pu négliger...

Tendresse, chère Mutty.

MUTTI a dit…

Ma toute dernière promenade en forêt, non solitaire, bercée par les échanges de paroles avec une amie m'a remis en mémoire ces mots de Supervielle... qu'il est beau et bon de voir combien justement tu en entends la mélodie...

Je t'embrasse très tendrement, chère Suzanne.

Anne Marie a dit…

En résonance avec cette poésie .Je dis "oui" à l'émotion qui arrive ...
C'est beau la Vie ...
tendrement

MUTTI a dit…

Oh oui, La Vie est superbe, gageons que tour à tour le plus grand nombre en prendra conscience.

Tout ma tendresse, Anne-Marie